Une décharge et une métrique

Chier les peines enneigées

Pleurer les rires d’antan

Baver son ignorance et la ravaler,

Pisser le placenta de ses pensées stériles

Brouter, péter,

Ronfler, un mucus vibre et s’en rappelle

De cette image du présent froide comme le bout du nez

Roter la dansante odeur d’une phrase indigeste, insipide

Refluer, tousser

Le corps s’excavant

La substance de l’oubli

[cornescorchees­]

kiki-smith-tale-1992

Une décharge et une métrique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s