Sans titre

Un arbre perché sur un nuage blanc

Blanc comme un nuage d’été

Des racines aimantées

Se bousculent

Pour échapper au nord, au sud

Aux montres déboussolées

Les feuilles tremblent

Au passage des vagues d’oiseaux fuyant le volcan

Les enfants errants de la guerre

Et les chats de la voisine

Qui avaient perdu la foie

Les racines aimantées ne peuvent se retrouver

Ni s’enlacer

Elles se dénouent,

Les bouts regardant la terre

Qui accueille les feuilles

Par milliers

Cornescorchees

maxresdefault

 

Sans titre